L’argent en NZ, c’est un sujet à ne pas négliger car vous vous doutez bien que ce n’est pas comme l’Asie.
On s’y attendait donc pas de mauvaise surprise. C’est aussi à cela qu’a servi l’argent économisé sur notre budget lors de nos 4 précédents mois, à compenser celui au pays des kiwis.
Et oui on a dépensé à deux 4400€ sur 32 jours soit 137,5€ par jour.

Pour info, 1$ néo-zélandais vaut 0.65€. 3$ équivaut à 2€, 15$ à 10€ et 60$ à 40€. 1/3 de moins donc…

 
Les prix et pourcentages ci-dessous sont pour 2 personnes.

IMG_0791

 

Hébergement et Transport (1463€ soit 33,2 % et 2117€ soit 48,1%)

Le van. Une pierre deux coups.

Cher. Vraiment cher. Mais avec le recul confortable et pratique. Pas de regret.
Si c’était à refaire faudrait le réserver bien plus tôt pour espérer avoir un meilleur tarif. Pas 1,5 mois avant alors qu’ils conseillent 6 mois minimum.
Possibilité également de privilégier d’autres modes : voiture + tente, break avec cuisine dans coffre. Mais ça fera l’objet d’un article spécial car on en a tellement soupé pour faire des choix sur ce sujet que l’on veut faire un article synthétique.
Juste noter que vu le nombre de kilomètres parcourus (4000 nous concernant), le moyen de transport, essence comprise, est un poste très important lors d’un voyage en NZ. A ne surtout pas négliger.
On a limité la casse en ne dormant qu’en aires gratuites sauf les 2 nuits dans les Milford Sounds où il n’y en a pas. L’avantage d’avoir pris un van self-contained. Vous comprendrez mieux en lisant l’article dédié ensuite…
Il faut aussi prendre la carte « Countdown » (voir Nourriture) et l’activer, cela vous permet de cumuler 6 cents à la pompe chez Calfax et BP dès que vous faites 40$ d’essence. Et cela est cumulable. Avec un van le plein c’est au-dessus de 80$ en général donc faites 40$, reposez la pompe et reservez-vous, vous gagnerez ainsi 12 cents, utilisables immediatement ou plus tard. Certains supermarchés donnent également des coupons de réduction de 6 cents chez Mobil, mais là pas de cumul possible.

De manière générale le logement est cher. Être à 2 est une force car une chambre coûte souvent moins chère que 2 lits en dortoir.

Airbnb s’est imposée comme solution car les hôtels étaient inaccessibles et ne permettaient pas de cuisiner. A part celui d’Auckland qui, même si l’accueil n’était vraiment pas top, nous a permis d’être dans le centre et de nous préparer à manger. Une petite pépite dénichée par Fred que nous recommandons (l’hôtel, pas Fred :)).
Pour les chambres Airbnb, c’est quitte ou double. Soit il y a l’espace suffisant, des gens sympas et vous vous sentez comme à la maison. Soit vous restez dans la chambre quand vous êtes là. Question de ressenti. On a vécu les 2. Le mauvais pour 1 nuit donc ok. Mais à la base on devait en passer 3. Heureusement que cela ne s’est finalement pas fait.. Il est vrai qu’un appart Airbnb reste le must du confort, clairement pas envisageable pour nous car hors budget.
La chambre reste donc un bon compromis. Nous retournerons chez Olivia les yeux fermés pour une semaine…

 

Nourriture (477€ soit 7%)

IMAG0738

Fruits

IMAG0338

Notre dîner

10€ par jour, soit 5€ par personne. A peine plus qu’en Asie. Quand on voit ce qu’on a mangé pourtant !

Ce qui nous a sauvé c’est de cuisiner. Tous les repas avaient de la viande ou presque, entrée/plat ou plat/dessert, vin, cidre, bière ou boisson gazeuse tous les soirs, goûter tous les jours. Bref on s’est rien refusé. C’était l’idée d’avoir une cuisine. En privilégiant du local, des promotions et avec un peu de créativité culinaire, c’est possible de bien manger à moindre prix.

Les magasins type « Pack’n Save » et « Countdown » proposent des promotions et des offres grand format intéressantes. En s’adaptant cela donne des menus variés et peu chers.

Les magasins de fruits et légumes, quand on les trouve, souvent en bordure de route, offrent ce genre de promotion aussi. On se retrouve à manger une semaine des plats avec du poivron. 3 soirs de suite des kiwi… Mais quand on aime on ne compte pas !
C’est valable dans tous les pays du monde en fait. Un brin d’ingéniosité, un sens de l’adaptabilité et vous vous régalez !

Si vous allez au restaurant, comptez minimum 6€ pour du fast food, le double pour un plat bistrot et une vingtaine d’euros pour un plat/boisson dans un resto normal. Même si ça reste un poil moins cher qu’à Paris, ce poste est une horreur à partir du moment où vous ne vous faites pas à manger vous-mêmes sauf si manger les promos Burger King à 3,50€ tous les jours vous mettent en joie. Ça dépanne mais sinon c’est pas non plus super. Nous on n’aimepas trop.

Quelques tarifs à titre indicatif (prix supermarchés peu cher, en guettant les promotions) :
– Bouteille de vin comme on aime : 8€
– Bouteille de cidre ou bière : 3,5€ (le double en bar)
– Entrecôte pour 2 (350g à 450g) en promo : 9€
– Kilo de viande hachée : 9€
– Kilo de pommes : 3€
– 1 litre d’essence : moyenne de 1,40€ même si on l’a acheté entre 1,10€ et 1,60€
– Prix de notre paquet de gâteaux préféré : 1,30€
– 1,5L de coca : 2,5€
– Paquet de pain de mie : 1,20€
– Paquet de chips : 1€
– Boîte de thon pour nos pique-niques : 0,80€
– Soupe chinoise : 1,10€
– Sauce tomate : 1,50€
– Litre de lait en brique UHT : 1,30€
Quasi le double du prix dans des supérettes en ville. Un quart plus cher sans promo ou marque haut de gamme. Les prix se tiennent dans ce genre de magasins.

 

Visites (391€ pour 8,9%)

Si les musées sont le plus souvent gratuits, sortez le porte-monnaie pour tout le reste, voire faites un emprunt. La Nouvelle-Zélande est le pays des activités à sensations. Pas une ville qui ne propose pas saut à l’élastique, en parachute, speed boat…

La moindre visite coûte 20€ et cela peut grimper jusqu’à 120€ le bateau (très) rapide, 300€ le saut. Si vous venez visiter le pays sans faire de randonnée, va falloir sortir les dollars pour vous occuper.
Pour notre part on en a beaucoup profité, croisière, rafting, kayak, escalade… Des activités moins onéreuses mais qui nous plaisent. Et on a déjà sauté en parachute !

La randonnée à l’air libre reste un must pour visiter sans débourser. C’était notre idée. Ce qu’on aime. Ça tombe bien, ça colle à notre budget.

IMAG0373

Curio bay


 

Divers (190€ soit 2.8%)

Quelques dépenses indispensables comme le câble jack pour écouter l’ipod dans la voiture, l’adaptateur éléctrique car le nôtre ne fait pas la NZ (c’est pas de chance) et la recharge de gaz pour cuisiner. Il y a ensuite les traditionnelles lessives et cartes postales. Et oui nos familles adorent recevoir des cartes postales.

Pas de frais bancaires sur les retraits grâce à la globale alliance de BNPPARIBAS. Vérifiez auprès de votre banque si une telle alliance existe. Les seuls frais sont pour la location du van car on a du payer en carte bancaire et comme on est passé par une agence, elle s’est servie au passage sur les frais de conversion.

 

Conclusion

On le savait, la Nouvelle-Zélande est un pays cher. Mais on a limité la casse en faisant de la randonnée et en cuisinant nous-mêmes. On aurait pu beaucoup économiser en choisissant un autre van, moins récent et/ou plus sommaire. Ou tout du moins en réservant 6 mois à l’avance.

Pour le van, après 4 mois sur les routes, à cumuler certains endroits pas fous, on avait toujours dit qu’on voulait une « cuisine » pour faire la popotte et un « chez nous  » au moins pour ces 25 jours. Il fallait donc un peu y mettre le budget.
On a quand même vu pas mal de gens de notre âge (donc très très jeunes) qui avaient loué le même standing que nous voire un camping-car. Ça nous a déculpabilisées !!
Sinon on avait prévu que les économies faites en Asie viendraient compenser le gros budget kiwi. C’est le cas. Mission accomplie. Aucun regret. Sinon celui de ne pas être restées plus longtemps.

Quelques leviers d’économies :
1. Louer le van au moins 6 mois à l’avance
2. Dormir dans les campings gratuits, donc sommaires
3. Se faire à manger
4. Faire ses courses en quettant la promo
5. Comparer le prix de l’essence et utiliser les 6 cents de réduction

Publié le 24/03/2017