Transport

Les routes sont sinueuses, les bus sont vieux, les conducteurs se prennent pour des pilotes.
Mal des transports assuré. Pour cela aussi que l’on a peu mis à profit ce temps pour bosser sur le site.
De plus, si on écoute les blogs, les récits de gens rencontrés et les compagnies de bus, c’est un lieu très peu sûr. Si les sacs en soute sont étiquetés et gérés sans problème par les compagnies, les petits sacs à dos que l’on garde avec nous doivent être gardés très sérieusement sur les genoux car de très nombreux vols ont été commis. Et ne pas mettre son sac à ses pieds ou en hauteur. On vous épargne la dernière histoire avec braquage et flingues entendue. Nous on s’en est sorties saines et sauves et sacs complets. Un peu de bon sens. Beaucoup de vigilance. Et de la chance pour ne pas tomber dans « LE » bus qui se fait braquer.
Le stop fonctionne bien également dans ce pays. De belles rencontres. Du temps précieux et de l’argent économisé. Même si nous ne l’avons pas testé sur de longues distances.
A part à Quito, la capitale, où nous avons pris des bus de ville, nous n’avons pas expérimenté de transports urbains. Même dans Quito, les gens nous voyant avec nos gros sacs, étaient toujours à nous demander où nous allions, à faire un bout de chemin avec nous. Très prévenants. Très sympas.

Les transports en km :
1. Guayaquil – Cuenca : 200 km
2. Cuenca – Las Cajas : 35 km
3. Las Cajas – Cuenca : 35 km
4. Cuenca – Ingapirca : 68 km
5. Ingapirca – San Francisco de Cununguachay : 193 km
6. San Francisco de Cununguachay – Baños : 73 km
7. Baños – Tena : 150 km
8. Tena – Quito : 193 km
9. Quito – Mindo : 103 km
10. Mindo – Latacunga : 192 km
11. Latacunga – Isinlivi : 87 km
12. Quilotoa – Latacunga : 74 km
13. Latacunga – Puerto Lopez : 450 km
14. Puerto Lopez – Salinas : 112 km
15. Salinas – Guayaquil : 144 km
Soit 2109 km en bus. Mais on ne connaît hélas pas le nombre de lacets pris tellement on a eu mal au cœur.

IMAG5397

Chiva


 

Nourriture

Le sujet. Premier pays où l’on peut dire que l’on a complètement saturé. Yuca. Banane. Friture. Pain sucré ou anisé. Desserts pas bons. Pas de vin. Bière aussi alcoolisée que le cidre. Plats pas relevés. Clairement pas l’éclate. Il nous tardait de rejoindre le Mexique. Les estomacs ont saturé et il nous est désormais difficile de voir une banane tant nous en avons mangé sous toutes ses formes.
De ce côté, comme pour l’hébergement, on ne peut pas dire que l’on vient en Équateur pour sa nourriture. Seuls les empañadas, les jus de fruits frais et les cévichés restaient une valeur sûre. Ainsi que les soupes maison en entrée et le sucre de canne à sucer et à boire.
Autre remarque, déjeuner dans les marchés est bon marché, bon, d’autant qu’ils sont supers propres. Impressionnant.
Sinon, overdose de sucre et de gras.

Marché à Cuenca

Marché à Cuenca

Encebollado

Encebollado

 

Hébergement

Le rapport qualité/prix est au RDV. Vieillot certes mais on a souvent été seules dans les dortoirs donc tranquilles. Pas toujours avec cuisine si l’on privilégie de petits hôtels. On a connu pire mais à part les auberges pension complète de San Francisco et du trek du Quilotoa, on n’a pas baigné dans le luxe. Efficace. Mais top. Pas tous avec climatisation.

 

Les équatoriens

De vraies belles rencontres. Une population souriante. Agréable. À part le cono du bus qui a voulu nous arnaquer avec notre histoire de billet de 100$, rien à signaler. Ani à Guayaquil, le couple de l’auberge de Mindo, la famille à l’hôtel de Puerto Lopez, tous adorables, prêts à aider. Jamais nous nous ne sommes senties en danger. Jamais un geste ou une parole déplacée. Un vrai bon point de ce côté. De plus ils n’ont jamais tenté de nous arnaquer sur les prix.

Ani et sa belle voiture

Ani et sa belle voiture


 

Bilan

On visite l’Équateur pour la beauté de ses paysages, pour sa faune très riche (oiseaux, baleines…) et sa flore verdoyante. Montagne, jungle, mer. Tout est accessible à moins de 5h de bus. En une journée il est donc possible de passer de la neige à la mer ou de la jungle à la montagne.
De plus les locaux sont très accueillants. Mais ne pensez pas vous éclater côté nourriture. 🙂

L’Équateur en quelques chiffres :
– 5100 m d’altitude et 50 cm de neige au Chimborazo
– 50 km de trek au Quilotoa
– 14 juin, date d’anniversaire de Géna
– 200 bananes mangées
 

? Quizz ¿

Nos meilleurs souvenirs
Le trek du Quilotoa

Nos pires souvenirs
Pour Géna : ramasser le chien mort encore tout chaud et la nuit passée aux toilettes après la cérémonie de l’ayahuasca.
Pour Fred : les bananes à tous les repas et sous toutes leurs formes.

Nos meilleures auberges
Celles d’Isinlivi et de Chugchilan

Notre pire auberge
Sans être la pire, l’hôtel de Guayaquil ne nous a pas laissé un souvenir impérissable

Notre meilleur repas
Les dîners et petit-déjeuners durant le trek du Quilotoa

Notre pire repas
Ce n’est pas un repas mais une boisson, la chicha à base du yuca

Notre pire site visité
La ballade pour observer les oiseaux à Mindo que nous n’avons pas pu faire car il fallait payer 6$ et on en avait marre de payer pour tout

Notre meilleure rencontre
Ani qui est venue nous chercher à l’aéroport de Guayaquil et avec qui nous avons passé une excellente soirée.

Nos pires rencontres
Le mec du bus qui a essayé de nous arnaquer

Et si c’était à refaire ?
Pour bien faire le tour de ce pays, il aurait fallu aller aux Galapagos mais pour une question de budget nous avons fait le choix d’aller en Amazonie plutôt qu’aux Galapagos.

Publié le 28/08/2017