Transport

Pas facile de trouver des moyens de transport peu chers. La coutume veut que les touristes fassent appel à des taxis privés, voire à des chauffeurs privés. Ce qui gonfle considérablement le budget.

On a quand même réussi à emprunter des vans partagés (avec des locaux), un bateau entre Gili Air et Bangsal au tarif local… Mais il faut y passer du temps et ne pas être pressées car que ce soit pour les bus ou les bateaux publics, ils ne partent qu’une fois plein. En plus les routes ne sont pas partout en parfait état et les conditions métérorologiques peuvent allonger les durées de trajet.

Les transports en km :
1. Aéroport Denpasar – Ubud : 36 km
2. Ubud – Tanah Lot : 32 km
3. Ubud – Mont Batur : 40 km
4. Mont Batur – Amed : 75 km
5. Amed – Tirtagangga : 20 km
6. Tirtagangga – Sidemen : 25 km
7. Sidemen – Pandag Bai : 25 km
8. Pandag Bai – Gili Air : 70 km
9. Gili Air – Bangsal : 5 km
10. Bangsal – Senggigi : 26 km
11. Senggigi – Labuan Bajo : 595 km
12. Labuan Bajo – Ruteng : 125 km
13. Ruteng – Denpasar : 845 km
Soit 1919 km en transport en tout genre.

 

Nourriture

Beaucoup de petites gargottes dans les rues proposant différents mets traditionnels : Goreng, Tofu, Tempe.

20170121_133451

Labuan Bajo


 

Hébergement

Les hébergements à Bali et Lombok sont de bon standing pour un prix tout à fait raisonnable. C’est très propre et le personnel toujours accueillant. Par contre à Florès, île en pleine expansion touristique, il ne faut pas hésiter à comparer car les conditions d’accueil ne sont pas aussi bonnes.

Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

 

Les indonésiens

Comme les philippins, les indonésiens sont très accueillants. Il faut vraiment aller dans les coins les plus reculés pour mieux apprécier l’atmosphere qui y règne et admirer leur quotidien, la pêche, les cultures, le dur labeur dans les champs.

20170122_042624

Interview


 

Bilan

L’Indonésie en quelques chiffres :
– 10 hôtels,
– 2 bateaux, 9 taxis, 1 bus, 1 van partagé, 2 vols interieurs,
– 1 mont grimpé, 1 rando effectuée et un island hoping de 2 jours,
– 5 moyens de transport différents (scooter, taxi, bateau, van, pieds),
– pas assez de temps pour des rencontres.

 

? Quizz ¿

Nos meilleurs souvenirs
Le crocrodile dans la salle de bain, le jacuzzi barbe de Père Noël, les raies et les tortues à portée de nageoire, les chevaux du Père Noël, la montée toutes ensemble du Mont Batur.

Nos pires souvenirs
Le retour en France précipité et le vol annulé qui nous a valu une nuit d’aéroport atroce.

Nos meilleures auberges
Ubud, 11 euros, un palace avec petit déjeuner de reines.
Sans oublier la maison psychadélique de Gili Air avec jaccuzzi offerte par les filles. Autre délire !

Notre pire auberge
RAS

Notre meilleur repas
A Sengiggi (Lombok), gargotte de rue, brique au poulet et pancake cahuète made in Indonesia, un régal.

Notre pire repas
RAS, même si une overdose de pancake bananes semblait poindre du côté de Fred

Notre pire site visité
Un temple où il n’y avait rien à voir et aucune explication et où on voulait nous obliger à faire une « donation ».

Notre meilleure rencontre
Nos françaises au détour des ruelles d’Ubud

Nos pires rencontres
Le chauffeur de taxi à Ruteng qui a essayé de nous la faire à l’envers en nous faisant poireauter pour attendre d’autres clients alors qu’il nous avait assuré partir de suite pour les 4 heures de route. Etant donné notre niveau d’énervement ce jour là, il a « vite » trouvé une solution de secours.

Et si c’était à refaire ?
Flores dans ses largeurs car cela semble être une île à ne pas manquer.

Publié le 10/02/2017