Hébergement et Transport

Les transports en km :
1. Auckland – Christchurch : 1200km
2. Christchurch – Arthur’s Pass : 138 km
3. Arthur’s Pass – Dunedin : 440 km
4. Dunedin – Slope Point : 190 km
5. Slope Point – Te Anau : 233 km
6. Te Anau – Milford Sounds : 117 km
7. Milford Sounds – Queenstown : 287 km
8. Queenstown – Wanaka : 67 km
9. Wanaka – Fox Glacier : 262 km
10. Fox Glacier – Franz Josef Glacier : 23 km
11. Franz Josef Glacier – Wakefield : 423 km
12. Wakefield – Golden Bay : 153 km
13. Golden Bay – Wainui Bay : 77 km
14. Wainui Bay – Marahau : 80 km
15. Marahau – Blenheim : 178 km
16. Blenheim – Picton : 28 km
17. Picton – Wellington : 102 km
18. Wellington – Ohakune : 286 km
19. Ohakune – Tongariro : 93 km
20. Tongariro – Turangi : 25 km
21. Turangi – Taupo : 50 km
22. Taupo – Rotorua : 81 km
23. Rotorua – Auckland : 216 km
Plus de 4749 km dont 4076 km en van. Cela peut paraître beaucoup pour un si petit pays mais il y a tellement à découvrir.

 

IMAG1119

On the road

1. Le van
Très appréciable lorsque la météo est humide. Mais même sous le soleil, avoir une salle à manger, une cuisine et une chambre (le tout dans 6m2), c’était top. Bouquiner les moments pluvieux, pouvoir être assises autour d’un thé, traîner le soir et ne pas avoir à se coucher dès la nuit tombée… Nous sommes très contentes de notre choix.

 
2. Les hôtels
3 nuits en appart hôtel à Auckland puis chambre Airbnb les 2 fois suivantes à Christchurch et Auckland.

Pratique pour le premier, car central et possédant une petite cuisine. Ça évite les longs trajets en transport, le centre et la marina étant accessibles à pied.
Sympa pour les 3 nuits d’Airbnb d’avoir pu rencontrer Olivia à Christchurch, source de bons conseils et chez qui on s’est tout de suite senties comme à la maison. A trainer, cuisiner, papoter.
La dernière nuit à côté de l’aéroport d’Auckland, c’était pour l’aspect confortable et limiter les allers-retours alors que nous n’étions de passage que pour quelques heures.
Privilégier le centre d’Auckland pour s’éviter les transports reste une solution incontournable. Et même si c’est parfois plus cher, on s’y retrouve en temps et billets de bus non achetés.

 

Nourriture

IMAG1358

Fish&Chips

IMG-20170227-WA0003

Wanaka

On va pas se mentir, la nourriture en Nouvelle-Zélande, c’est pas ce qu’il y a de plus fou. On vient plus pour les paysages que les bons petits plats. De toute façon y’en n’a pas vraiment. De la viande, du vin, des kiwis, des patates douces. Voilà un peu le tableau.
Alors on a fait honneur à tout ça en cuisinant, le plus possible local. On s’est fait plaisir et même si ça ne changeait pas beaucoup de ce que l’on peut manger en France, ça fait du bien de n’avoir qu’à ouvrir le frigo pour se nourrir sans avoir à courir les rues. Et de juste retrouver le plaisir de cuisiner.
 
Les menus cuisinés :
– Saucisse petits légumes sautés (pomme de terre, carotte, poivrons)
– Poulet au lait de coco (gingembre, nouilles japonaises, poivrons, piment)
– Omelette pomme de terre, poivrons, salami, oignons
– Pâtes sauce tomate et saucisses
– Chili con carne
– Entrecôte pommes de terre sautées
– Saucisses thym et miel, légumes au bouillons (pomme de terre, carotte, poivrons, brocoli)
– Côtes d’agneau et patates douces sautées
Entre autres…

 

Les touristes

Nous étions en fin de haute saison et à part sur les prix de location de van où ils en profitent largement, cela ne s’est pas trop senti. Il faut dire que depuis la Chine on s’attend toujours au pire quand on nous annonce du monde alors qu’en fait…
Le tourisme est beaucoup sur les routes. En voiture, van, camping-car les loueurs de véhicules en tous genres brassent des millions.
Il existe aussi une cible plus jeune, sans véhicule, ralliant les villes et les centres d’intérêt en bus et de ce fait, sont dépendants des excursions, sorties et activités proposées par dizaines dans les points les plus touristiques. Une autre façon de voyager, s’épargner les kilomètres mais rater également le plaisir de la route, la liberté de voir et se mouvoir, le choix de s’arrêter où l’on veut quand on veut. Et de changer ses plans.
Des aires de camping donc bien remplies mais jamais full, des sentiers de randonnée souvent déserts à part une fois (Alpine crossing à Tongariro, une des plus connues). Bref très très supportable.
Neanmoins, pas si facile de se lier avec les autres voyageurs, souvent entre eux, dans ou autour de leur véhicule. Nous aussi par conséquent. Même si nous dormons au même endroit, c’est chacun chez soi. Un peu dommage, on s’attendait à davantage d’échanges.
 

Il y a aussi, principalement sur l’île du nord, où les activités sont plus accessibles (tout public) et atteignables par car, un tourisme chinois très développé. On ne les a pas vus en haut des sommets ceux-là, y’avait pas de téléphérique comme chez eux ! Donc pour le coup davantage la sensation de foule sur ce genre de sites. On a moins aimé ce ressenti, amer relan de souvenirs chinois.

 

Communication

Bon plan. Pour 20$ chez Spark, 1 GB de données mobiles et 1h de communication. A cela s’ajoute la possibilité de se connecter en WiFi aux nombreuses cabines téléphoniques présentes dans tout le pays.
Car en Nouvelle-Zélande, le Wifi est payant à l’hôtel, il n’y en a pas dans les aires de camping et sinon il faut consommer dans un bar pour en profiter. Comme on consomme peu et que les librairies publiques, qui elles aussi proposent du wifi, sont prises d’assaut (on n’a jamais vu autant de jeunes à la bibliothèque qu’on se le dise), on a opté pour cette carte à 15€. Pratique en cas de pépin avec le van et possibilité de rester un peu connectées avec le monde.
Ce n’est qu’après avoir acheté la carte sim Spark qu’on a découvert que le forfait Free marche également en NZ comme si vous étiez en France. Nouvel accord depuis novembre 2016. Encore fallait-il le savoir… Bref. On en profite pour appeler un peu la famille, quelques sms et du réseau 3G bien pratique pour les recherches d’activités et préparer la suite du voyage sans avoir à chercher un point wifi, le réseau étant pas si mauvais sauf exception
Au final ce fut très confortable avec Free, mais sinon la sim Spark aurait pu largement suffire. Même si le Wifi gratuit tend à se démocratiser, ce n’est pas vraiment encore le cas partout. Bien pour ça que l’on n’a pas mis le site à jour pendant plus de 2 semaines…
Bizarre pour un pays aussi développé non ?

 

Climat

De mi-janvier à mi-février c’est un peu leur septembre de chez nous. De belles journées, frais en soirée et le matin.
Un temps vraiment super les 2 premières semaines de van. Beaucoup de pluie sur l’île du nord pour la dernière semaine. On a pu se baigner, être en t-shirt, débardeur, short. Et sortir les vestes et les jeans le soir. Parfait donc. Pas de chaleur accablante. Juste ce qu’il faut pour profiter des journées.
Quitte à retourner là-bas, on testerait bien le printemps pour avoir encore plus de blanc aux sommets et la fonte des neiges qui comble les rivières arides en été.
Bref voir le pays sous un autre angle. Et pourquoi pas skier !

 

Bilan

IMAG0784

Cape Farewell


 

La Nouvelle-Zélande est vraiment un pays de toute beauté mais pour bien en profiter il faut prévoir suffisamment d’argent. Sinon c’est être dépendant des transports locaux et donc ne pas être libre, libre de ses mouvements, libre de dormir un peu n’importe où (car il y a des campings partout)… Dommage dans un pays où le mot « liberté » prend tout son sens.

La nature offre tellement de choses à voir entre les otaries, les dauphins, les volcans, les glaciers… que pour rien au monde nous aurions loupé ce pays. En plus les Néo-Zélandais sont fiers de leur pays et ils peuvent l’être. Tout est fait en parfaite harmonie avec la nature. Respect.

La Nouvelle-Zélande en quelques chiffres :
– 3 hôtels
– 1 vol
– 450 kilomètres parcourus à pieds,
– 11 treks effectués,
– 5 moyens de transport différents (bus, avion, bateau, van, kayak),
– 1 opposum écrasé
– plein de beaux paysages en tête.

 

? Quizz ¿

Nos meilleurs souvenirs
Nager avec les dauphins

Nos pires souvenirs
les sandales

Nos meilleures auberges
Chez Olivia à Christchurch

Notre pire auberge
Y en a pas car on était en van

Notre meilleur repas
Chili

Notre pire repas
Le pique-nique presque volé par les Keys

Notre pire site visité
Blue pinguins car fermé

Notre meilleure rencontre
Hector le dauphin

Nos pires rencontres
Les Keys

Et si c’était à refaire ?
Plus longtemps pour bien profiter des Rando, des beaux paysages…

Publié le /01/2017