Transport

Le jeepney est le moyen le plus utilisé dans les villes et entre les villes proches. Mais il faut être armé de patience car il s’arrête n’importe où à la demande du client. Même constat avec le bus, il faut être en bord de route et arrêter les bus et cars qui vous intéressent, même principe pour en descendre.
 

Coron 20161231_050440

 

Le philippin ne marche pas, même un mètre. Donc le jeepney ou bus peut s’arrêter 3 fois à 10 mètres d’intervalle. Un vrai bonheur !

Il est également possible de faire du « habal-habal », sorte de taxi scooter pour une bouchée de pain. Tout le monde s’improvise donc taxi. On peut être jusqu’à 4 sur un même véhicule à 2 roues. Économique et convivial.

Les transports en km :
1. Cebu – Tagbilaran : 120 km
2. Tagbilaran – Siquijor : 75 km
3. Siquijor – Dumaguete : 26 km
4. Dumaguete – Sipalay : 180 km
5. Sipalay – Iloilo : 230 km
6. Iloilo – Puerto Princesa : 500 km
7. Puerto Princesa – Port Barton : 150 km
8. Port Barton – El Nido : 170 km
9. El Nido – Coron : 140 km
10. Coron – Manille : 300 km
Plus de 1890 km en transport donc. C’est normal vu le nombre d’îles qui constitue ce pays.

 

Nourriture

A peine le pied posé sur le sol philipin que nous nous sommes dit que la « mal bouffe » était arrivée aux Philippines. Et en allant faire du repérage dans un supermarché, nous avons confirmé cette première impression. Des rayons de chips, gâteaux, boissons sucrées en tout genre. Sans oublier les fastfood partout.

Mais heureusement pour nous, des marchands ambulants et des « mamas » sont également présents. Nous voilà sauvées.

Chez les mamas le principe est simple. 4 ou 5 marmites disponibles, tu regardes dedans ce qui s’y cache et tu choisis. On te sert une petite assiette du mets demandé que tu accompagnes de riz. Attention le soir le choix est restreint voire épuisé assez tôt car les mamas ne cuisinent qu’une fois dans la matinée pour toute la journée. En général c’est délicieux et pas cher du tout. Et les mamas sont contentes de servir des touristes qui font honneur à leur cuisine. De la fierté et des sourires pour agrémenter le tout.

 

Port Barton

 

Parmi nos découvertes culinaires, à noter :
– adobo,
– pan de coco,
– cake à la banane,
– halo halo à base de glace à l’igname

 

Hébergement

Il est facile de trouver un endroit où dormir, les guesthouses fleurissant à tous les coins de rue quand ce ne sont pas les resorts qui envahissent le bord de mer. Par contre tout n’est pas sur les sites de réservation en ligne. Ne pas hésiter à fouiller sur facebook ou bien à demander aux locaux une fois arrivé dans la ville. Ils ont tous des bons plans.

En haute saison, penser néanmoins à réserver certains lieux bon marché prisés et recommandés qui se trouvent être très rapidement complets.

Par contre peu d’eau chaude pour la douche et rares sont les auberges incluant le petit-déjeuner. Le personnel est toujours accueillant et parle anglais. Ce qui est pratique pour glâner des informations.

 

Les philippins

Très chaleureux comme les birmans. Des sourires, des « hello » spontanés venant aussi bien des enfants que des hommes. Les femmes ont plus de mal apparemment. Du basket, la rencontre de Chito, le dîner du nouvel an partagé avec les gens de l’auberge, la leçon de cuisine, … Un vrai régal !

Siquijor dsc_2817

Ce qu’on préfère le plus chez le philipin c’est sa capacité à ne pas marcher et à ne surtout pas faire un mètre de plus pour monter dans le bus. Il fait certes chaud mais faut pas pousser non plus.

Par contre là aussi un vrai problème d’ordures qui sont jetées partout. Le gouvernement tente d’éradiquer le problème mais cela semble difficile à mettre en place. Il faut commencer par éduquer les adultes.

 

Bilan

Les Philippines en quelques chiffres :
– 10 hôtels,
– 5 traversées en bateau dont 1 de nuit,
– 7 moyens de transport différents (bus, scooter, tricycle, taxi, jeepney, bateau, avion, pieds),
– 5 plongées,
– 3 island hopings,
– 5 matchs de basket vus,
– des sourires à gogo,
– quelques rencontres mémorables.

 

? Quizz ¿

Nos meilleurs souvenirs
Nager avec les tortues.

Nos pires souvenirs
L’arrivée à Cebu dans le bruit et la chaleur étouffante.

Nos meilleures auberges
Celle de Coron avec sa cuisine au top !

Notre pire auberge
Celle de Panglao.

Notre meilleur repas
L’adoption des mamas et notre pique-nique préféré petit pain avec thon émietté.

Notre pire repas
Pas vraiment de pire repas.

Notre pire site visité
La plage payante de Port Barton où on s’est pris la tête avec les gérants.

Notre meilleure rencontre
Chito le basketteur de Siquijor.

Nos pires rencontres
La gérante de l’auberge de Panglao.

Et si c’était à refaire ?
Moins longtemps ou en préparant mieux pour trouver davantage de lieux favorables au trekking afin d’alterner plage, rando et plongée.

Publié le 03/02/2017