Project Description

#Flores#Komodo#Varans

Labuan Bajo

Cette ville est principalement un port et n'est constituée que d'une seule rue, d'une plage à quelques kilomètres du centre-ville où les familles indonésiennes passent leur dimanche et de plus en plus d'hôtels qui poussent sur les hauteurs afin de jouir d'une vue sur la baie. Le tout manque quelque peu de charme.

Notre première mission est de trouver un hôtel pour la nuit. Géna en visite 6 au pas de course pendant que Fred surveille les bagages (faut bien faire courir les jeunes).
Notre choix s'arrête sur l'hôtel Manta Manta offrant le meilleur rapport qualité-prix car apparemment sur Florès il est de tradition de trouver pléthore d'auberges dont les conditions d'hygiène laissent souvent à désirer et dont les prix ne sont pas moins élevés pour autant.

Notre deuxième mission consiste à organiser une petite croisière de deux jours et une nuit afin d'aller visiter les îles Rinça et Komodo. Quand on dit croisière n'allez surtout pas imaginer le grand luxe. Il s'agit d'un tout petit bateau sans cabine, sans douche. La salle des repas et le dortoir ne font qu'un et c'est sur le pont du bateau ;). Nous souhaitons juste effacer notre frustration de ne pas avoir pu faire le trajet Lombok-Flores en bateau sur 4 jours.
Beaucoup d'agences offrent ce genre de petite croisière mais le prix varie et la marge de négociation n'est jamais la même. Il ne faut donc pas hésiter à comparer ce qui est inclus ou pas (les repas, le matériel de snorkeling, les entrées, le nombre de participants, ...). Finalement nous allons prendre l'agence de l'hôtel. Cela nous permet ainsi d'assurer la sécurité de nos sacs pendant la croisière car ils resteront à l'hôtel, ne partant qu'avec le strict minimum.

 

Mieux vaut prévenir que guérir

Bizarre de parler "sécurité" mais à Labuan Bajo, il y a dans tous les hôtels des messages précisant de bien fermer sa chambre à clé, de ne pas déposer de choses près des fenêtres... C'est la première fois que nous voyons cela. Ca met de suite dans l'ambiance.
Ne voulant pas tenter le diable, nous mettons nos cadenas aux deux petites fenêtres. Nos sacs contiennent notre vie pour toute la durée de ce TDM. Donc prudence...

C'est donc en toute sécurité que nous nous endormons après avoir fait quelques courses pour les jours à venir et après avoir dîné dans la rue, tofu frit et petit bol de noddles au menu, tout ce qu'on aime.

20170121_133451
 

Jour 1 - Croisière

Départ à 7h30 de l'hôtel pour aller récupérer les palmes et ensuite filer au bateau. Une fois sur place nous découvrons que nous serons 8 (3 bulgares, 2 chinoises et 1 hollandaise) sur le bateau en plus de l'équipage composé d'un capitaine et de deux matelots.
Nous découvrons aussi notre bateau de fortune. 2 gilets de sauvetages et rien d'autres. Mais nous sommes très confiantes :).
Après avoir pris possession de ce bateau de luxe, nous partons pour 3 heures de navigation en direction de l'île Rinça, première escale de notre périple. Le paysage se découvre de plus en plus au fil des heures et nous explose aux yeux par sa beauté, sa verdoyance, les fonds marins par leur faune et flore visible à l'œil nu.

Rinca

Nous débarquons sur Rinca vers 11h. Cette île renferme une réserve de dragons du Komodo, de très gros varan en somme. Ces gros lézards sont un peu trop apprivoisés à notre goût car ils se regroupent près des maisons des gardiens du parc qui les nourrissent afin d'être sûrs que les visiteurs en auront pour leur argent. Cependant il ne faut pas les approcher à moins de 5 mètres sous peine d'être attaqué. Des guides munis de bâtons nous accompagnent donc à l'intérieur de la réserve.
Ces bêtes sont impressionnantes avec leur langue de serpent. Elles naissent toutes petites et mettent 20 ans à obtenir leur taille adulte. Jusqu'à 2 ans elles restent dans les arbres afin de se protéger des dangers et surtout de leurs congénères adultes qui n'ont aucun scrupule à manger les plus petits.

20170120_044354 20170120_044105
  Komodo

Après cette balade d'une heure sur l'île et durant laquelle nous profitons d'une vue imprenable sur l'archipel de Komodo, nous repartons direction l'île de Komodo.
L'équipage en profite pour nous servir le déjeuner : poulet, tempe, riz blanc, légumes, noddles sautés et pastèque. Pas besoin de se battre pour remplir son assiette, les gens sont civilisés et font attention aux quantités.

Sur Komodo, même principe que sur Rinca mais lors de notre randonnée d'1h30 (et oui cette fois on a fait le forcing pour convaincre les autres de choisir le parcours le plus long) nous voyons des komodos dans la nature, il faut les chercher et rester vigilantes afin de ne pas se faire surprendre. Cette balade est aussi l'occasion pour nous de voir des kakatoès, sorte de perroquets blancs à crête jaune qui ont migré d'Australie, des biches qui servent de pâture aux dragons et bien d'autres animaux.
Durant cette balade, notre guide de tête ne sait plus par où passer. Elle a tellement peu l'habitude de faire le grand parcours. Et comme nous sommes en période creuse, les chemins ne sont pas dégagés. On lui cherche des excuses mais quand même. Heureusement pour nous le deuxième guide maîtrise mieux le parcours.
Cette deuxième rando se finit en bord de mer à admirer les biches qui se dorent la pilule sur la plage.

Fin de journée

Pour terminer cette journée en beauté, nous accostons à côté d'une petite île où se cachent des chauves-souris géantes. Notre objectif est de les voir partir chasser à la tombée de la nuit. Elles sont très grosses comparées à celles vues en Birmanie.
Une fois la tombée de la nuit, le dîner est servi (même chose que le midi sauf le poulet qui est remplacé par du poisson). Et à peine avons-nous fini de nous sustenter que l'équipage prépare les matelas pour la nuit. Il n'est que 20h30. La soirée va être longue ou pas. Avant de s'endormir il faut faire très attention à tous les cafards, insectes qui sortent de partout pour venir chatouiller nos orteils.
Un brin de toilette plus tard, nous sommes dans nos lits de fortune à écouter des podcasts téléchargés. Mais il va s'en dire que Géna ne résiste pas à Morphée et doit relancer 3 fois son émission.

 

Jour 2 - Croisière

Pink Beach

Réveillées par le moteur du bateau à 6h du matin, quelle joie !!! Et le plus cruel c'est que nous partons de suite pour notre premier spot de snorkeling de la journée. C'est donc encore un peu dans le gaz que nous plongeons une première fois à la découverte des fonds marins. Nous sommes les 2 seules à rester dans l'eau longtemps, les autres préférant la marche sur la Pink Beach qui tire son nom de la couleur du sable et des coraux.
Et nous faisons bien de rester dans l'eau car nous apercevons deux tortures que nous suivons et caressons ainsi qu'une murène mais là nous gardons nos distances.

image
Raie Manta

Ensuite on part vers le repère des raies Manta ou diables de mer. Ces raies géantes peuvent atteindre 7m pour un poids d'environ 2 tonnes. Impressionnant, n'est-ce pas ? Comme elles sont un peu éparpillées sur le site, le bateau les traque. L'eau est tellement claire que c'est facile de repérer ces géants marins. Donc dès qu'un membre d'équipe en voit un nous plongeons afin de l'observer. Bizarrement nous sommes toujours les premières dans l'eau. Mais le courant est parfois fort et nous dérivons facilement ce qui complique un peu l'observation des raies. Elles sont immenses, majestueuses. C'est vraiment très très impressionnant de les voir d'aussi près et d'assister à ce spectacle.

image
Ile de Kanawa

Spot de snorkeling oú nous avons la chance d'observer un nombre impressionnant de poissons et coraux. Toutes les couleurs, toutes les formes, du plus allongé au plus rond, du plus petit au plus grand, en bandes ou seul. Ils nous encerclent où nous ignorent. Plus d'une heure dans l'eau à les observer, les approcher, jouer à cache-cache avec eux et éviter les poissons qui mordent. N'est-ce pas Géna ?

image image
 

Ruteng

Avant de prendre le bus pour Ruteng, nous nous promenons dans les environs de Labuan Bajo. Fred a repéré un chemin de rando avec un point de vue sur la baie. Ni une ni deux, nous voilà parties. Chaleur et moustiques sont au RDV aussi. Les locaux nous regardent passer devant chez eux en se demandant ce que nous faisons là. Mais un "hello" arrive toujours accompagné d'un sourire.
Le point de vue n'est finalement pas aussi dégagé qu'espéré mais il n'y en a d'autres tout au long du chemin. Heureusement ! Par contre une attaque de moustiques est vite arrivée et c'est avec une dizaines de piqûres chacune que nous sortons du guet apens élaboré par ces sales bestioles.

Nous atteignons une des plages de la région mais elle n'est pas très belle et l'eau n'est pas turquoise. Hélàs !!! Un peu plus loin nous tombons sur la plage de Labuan Bajo assaillie par les locaux le week-end.
Et c'est à ce moment que nous sommes accostées par un jeune homme qui aide des collégiennes à interviewer des touristes afin de pratiquer l'anglais dans le cadre de leur cours. C'est déjà arrivé hier, rebelotte. Nous nous soumettons donc aux questions (nom, que pensons-nous de la ville,...). Et après ce petit échange la traditionnelle photo souvenir.

Après cette randonnée, direction l'hôtel pour récupérer nos sacs et prendre la navette pour Ruteng. Environ 3h30 de trajet sur des routes sinueuses. Et comme la conduite du chauffeur n'est pas très souple, nous avons un peu le mal des transports.
Contentes d'être arrivées à Ruteng à la tombée de la nuit. Mais le chauffeur ne connaît pas notre auberge. On a beau montrer l'adresse, personne ne veut nous croire. Heureusement les locaux qui sont avec nous dans le mini-bus se mettent tous à nous aider. Finalement nous étions déjà passées devant l'auberge sans nous en apercevoir. Après la petite visite de la chambre pour être sûres que le confort minimum est assuré, nous en prenons possession et discutons avec les propriétaires des endroits à visiter le lendemain en scooter. Tout est calé.

Publié le 03/02/2017

Project Details

Tags: