Project Description

  #FitzRoy#Lagunas#Glaciers#72km  

Petit village dans la prairie

Seules 3h de bus suffisent pour nous amener à El Chalten, terre de randonnée, notre prochaine étape.
Le temps d'une sieste, d'un brief de la part des gardes du parc national (brief obligatoire à l'entrée dans la ville concernant les usages dans le parc) et nous partons en quête de notre logement pour les 3 prochaines nuits.

 

La perle rare

Nous avons 3 adresses en poche données par des amis ou des voyageurs rencontrés.
Pas de chance la première est fermée. Fin de saison oblige, certains prennent leur congé plus tôt que d'autres, nous arrivons un peu tard.
On parcourt la rue principale de ce bourg de 2000 habitants pour rejoindre les 2 adresses suivantes. La première est un peu chère à notre goût, la seconde est juste catastrophique et de toute façon ils ferment demain...

Comme nous avions repéré un compromis à l'entrée du village à l'aller nous y retournons avant de nous arrêter une dernière fois dans une auberge et c'est là que finalement nous décidons de poser nos valises pour 4 jours.
Grande cuisine, chambre pour 2, petit-déjeuner compris, ordinateur, chaleur, salle de bain impeccable. Auberge parfaite le tout pour le prix d'un lit en dortoir sans petit-déjeuner.

Le temps d'aller acheter nos billets de bus pour l'étape suivante, de faire 2 randonnées de 2h chacune, l'une nous menant à un mirador surplombant la ville, l'autre, à l'opposé, à une cascade, nous filons faire trois courses dans un supermarché à prix d'or où les rayons sont quasi vides. On trouvera notre bonheur tout de même, ce soir c'est mortadelle, polenta, sauce tomate. L'Italie nous réchauffe le cœur...

IMAG3276
 

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas

On rentre dans le dur.
Comme toujours, quand le temps le permet, il faut saisir l'occasion de grimper en altitude. Ça nous a bien réussi à Torres, on garde la même logique.
Nous sommes venues dans ce village car il est le point de départ de multiples randonnées aux niveaux variés. Le point culminant du coin est le mont Fitz Roy, belle montagne que l'on a vue ennuagée hier et qui semble très dégagée ce matin. Alors on fonce.

 

12 kilomètres à pied, ça use, ça use

2h de randonnée assez tranquille pour rejoindre le pied de la montagne. Ça monte, ça descend. On alterne bois, lit de rivière, miradors, avant d'arriver au commencement de la dernière ligne droite.
Le soleil est presque de la partie, en tout cas il fait sec, pas de vent, on est bien, on attaque. 45 minutes de montée. Des blocs, des passages sinueux, un beau dénivelé, on gère sans encombres, désormais habituées.

 

T'as pas tes ski, tu passes pas !

Le pti hic c'est quand on attaque la partie d'abord gelée, puis verglacée, puis enneigée. C'est drôle. Nous sommes prudentes, on voit la galère de ceux qui redescendent, on se dit que l'on fera moins les malignes au retour.
Peu importe on grimpe et on remet les manteaux juste avant le dernier virage car cela va souffler fort. On entend gronder au loin. Impressionnant.
Les pieds dans la neige on attaque le dernier versant et là il faut s'accrocher. On croise un randonneur que l'on voit quotidiennement depuis Torres del Paine (en fait on est 3 groupes à se croiser chaque jour car on emprunte tous le même itinéraire, c'est assez drôle et sympa), il nous dit qu'on arrive un peu tard, que le vent se lève et que les nuages commencent à s'accrocher au Fitz.
Car de la où nous sommes, au pied du dernier versant, à découvert, en plein vent (enfin ce que nous pensions encore à l'époque être du vent) au milieu de la montagne et de la neige, on n'aperçoit pas encore le point culminant. Il est caché, il se fait désirer. La grimpette est hard, ça souffle, ça glisse, on s'accroche aux rochers, on prend notre temps, on arrive tant bien que mal au sommet et là...

IMAG3300 IMAG3332
 

Claque double claque

Première claque, le lac au pied du Fitz encore visible. Une surprise à laquelle on ne s'attendait pas. Impressionnant. Bleu. Agité.
Deuxième claque, le vent. Enfin le vent. Bourrasques, gifle, tempête, fin du monde seraient plutôt les mots justes.
On revoit désormais notre définition du mot "vent" à jamais. On ne tient pas debout. On ne tient pas accroupie, on ne peut même pas regarder ni prendre une photo.
Mélange de Mohammed Ali pour la tremblote mais Momo en pleine crise d'épilepsie si vous voyez le genre. Ça gigote.
Il nous est même impossible de garder les yeux ouverts face au vent. La neige s'envole, des petits cailloux aussi. Ça fouette le visage, ça oblige une attention de chaque seconde.
Quand on arrive à descendre un peu côté lac pour se cacher derrière un gros bloc, on se rend compte que c'est vain et qu'il nous faut repartir sans trop traîner. Remonter. Neige sur 30 centimètres, vent. Haha. Ça promet. C'est sans compter sur l'aide d'une belle bourrasque qui soulève nos 60 (petits) kilos comme une plume, arrivées au sommet plus vite que prévu, drôle et vraiment facile.
Le rocher du haut est l'occasion de tenter de prendre quelques photos. Le tri du soir montre à peu près 30 photos prises pour 4 de correctes, c'est à dire sans doigts, sans flou, cadrées. On aurait dû filmer car vous ne pouvez pas imaginer une seconde le délire de l'instant. Inoubliable.

IMAG3369
 

Mode luge activé

La première partie à redescendre est plus facile que prévue. 5 minutes et une vidéo débile plus tard, nous voilà presque en bas de cette partie glissante. Luge des pieds, glissades, c'est drôle et beaucoup plus aisé sans vent !
Le soleil a fait fondre le verglas, le reste du retour est donc sans encombres et on croise en route de nombreuses personnes ayant fait demi-tour avant d'apercevoir le lac. Dommage pour eux. Ça vaut vraiment le détour...
Nous on adore !!

En partant randonner à 9h30 le matin, nos longues marches nous font revenir vers 16/17h. Le temps de bosser un peu. Se poser aussi. Cuisiner. Se coucher pas trop tard.
Timing parfait !
Ps : quand on voit les photos de Marina et Ricky en t-shirt plein soleil 8 jours plus tôt, difficile d'imaginer que c'est le même lieu...

 

Jour 3

La journée s'annonce un peu humide mais on se lance. Objectif du jour, la Laguna Torre. Randonnée à priori plus calme que la veille. Moins de dénivelé et pas de montagne à gravir.
Même topo qu'hier, bien que pas au même endroit, forêts, rivière, montées, descentes, éclaircies, nuages, petites gouttes. On se balade joyeusement au gré des chemins avant d'arriver au bout après 2h.
On ne sait pas trop à quoi s'attendre en vrai. Une lagune c'est écrit.

IMAG3425
 

Claque claque double claque

La Patagonie est source de surprise. Chaque jour. En guise de lagune on se retrouve face à un lac qui abrite en son fond un glacier. Rien que ça. Un de plus.
La glacier Grande est caché au loin, derrière une ondée. Il est accessible par une crête autour de la lagune. La pluie qui arrive nous fait abandonner l'idée de nous approcher. Dommage.

Finalement l'ondée passe au bout de 10 minutes et nous n'avons pas dit notre dernier mot. Le vent et l'eau ne nous arrêteront pas !
La crête est facile et accessible, elle nous mène jusqu'à notre point de pique-nique du jour. Plein feu sur le glacier. Plus sale et gris que le Perito, il est néanmoins impressionnant. On ne s'en lasse pas.

C'est presque sous le soleil que nous rebroussons finalement chemin une fois notre sandwich avalé. La pluie restera au niveau de la lagune, nos randonneurs quotidiens rencontrés y foncent droit devant. Ça risque de mouiller sérieux.
Partir tôt est à priori de rigueur ici, 2 fois qu'on est short niveau timing mais le retour se finit tout de même en sweat (ou magnifique polaire bleue au choix), au sec, après plus de 6h.
Encore une belle journée.
La Patagonie, on adore, on adhère !

IMAG3441
 

Jour 4 - La pluie fait des claquettes

Pluie pluie pluie. Non stop.
On part ce soir, le site plus que jamais à jour, reposées après une journée farniente, prêtes à affronter les 12h de bus de cette nuit.
L'occasion de papoter avec un couple de français en Argentine depuis 6 mois et 4 infirmières françaises en périple sud-américain pour 2 mois.
Autres expériences. Échange de bons plans. Une vie de voyageurs...

$nbsp;

Les prévisions météo de la semaine à venir sont aussi humides. Espérons que...

Publié le /04/2017

Project Details