Project Description

  #Désert#Lune#Flamants#95km  

Après les îles, les vallées montagneuses et verdoyantes, le désert !
A chaque région du Chili son expérience. On ne se lasse pas.
Une nouvelle nuit de bus nous permet d'arriver aux portes du désert le plus aride du monde. Rien que ça.

 

Quand t'es dans le désert !

Quand on est dans le village de San Pedro de Atacama, difficile de se rendre compte que l'on est au bout du monde. Village hyper touristique par excellence, ou comment chasser les quelques 5000 villageois à la périphérie pour ouvrir à la place des anciennes habitations des tours opérateurs, de souvenirs et de location par dizaines.
Clientèle pseudo hypie roots bobo. On n'aime pas. Mais alors pas du tout l'atmosphère qui s'en dégage. Surfait et comment dire, ça ne nous ressemble pas. Alors on se trouve une petite auberge sympa au calme pas chère avec une chambre pour 3 rien que pour nous 2 donnée par Pablita. Typique et zen.
Oui parce que l'auberge où nous sommes initialement allées en suivant un couple de suisses déjà là depuis une semaine nous a laissé, comme une drôle d'impression. On a posé nos sacs. On s'est dit que finalement on n'aimait pas du tout. Et on est reparties. Pas chère certes mais la chambre de 10 qui n'a pas vu une serpillière depuis 10 ans et les quelques 30 personnes pour une cuisine de 3 mètres carrés, on a mal visualisé l'affaire. D'autant que l'on reste au moins 4 nuits, un peu de bien être est donc le bienvenu.

Alors au détour d'une balade, quand Pablita nous propose sa chambre pour à peine 2€ de plus la nuit, on a foncé. On a pris nos clics et nos clacs et on a changé de crémerie.

 

Programme des 5 jours qui ne seront que 4 au final

1. Randonnée de 30km dans la somptueuse Quebrada del Diablo. En tête à tête avec le soleil.
2. Balade dans la vallée de la Lune. Magnifique. A 4, nos vélos et nous.
3. Journée molle avec mini randonnée et séance photo dans le désert.
4. Promenades sur les montagnes andines avec une agence.
Rien que ça.

IMG_20170602_043249 IMG_20170602_042536
IMG_20170602_042648
 

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas

De par sa configuration, le Chili propose des paysages très variés. Du glacier aux îles, des volcans au désert, elle met aussi à disposition des voyageurs, au sein d'un périmètre très restreint, des activités aux paysages encore une fois très différents.

Si les canyons rougeoyants nous donnent le vertige tant leur étroitesse et hauteur nous rendent petites, la vallée de la lune nous propose un décor chaotique alternant sable et roche.
Le tour organisé quant à lui, nous permet d'être au cœur du troisième plus grand désert de sel au monde après Uyuni en Bolivie et celui de l'Utah aux USA. Les flamands roses, les vigognes et autres lamas, les renards et pour finir les écupins rythment notre balade de quelques 350 kilomètres, passant du salar aux lagunes enneigées.
Contraste détonnant. Claque climatique et esthétique.

 

Vous l'aurez compris, pour notre part, nous ne sommes pas allées à San Pedro de Atacama (SPA pour les intimes) pour la fête et les ambiances surfaites mais parce que la région nécessite que l'on s'y arrête.
Plus longuement encore si l'on a les moyens de louer une voiture et/ou l'envie de passer ses journées en minibus avec une vingtaine d'autres humains. Car le problème de cette région est que les distances sont (très/trop) grandes et que vous êtes donc dépendants d'un véhicule pour tout. Cela implique un coût très conséquent d'autant que, comme tout le monde veut sa part du gâteau, au delà du prix des agences, vous devez ajouter des frais d'entrée aux différents sites, tellement élevés que parfois ils sont même plus importants que le tour en lui-même. Prévoyez donc de braquer une banque avant de débarquer.

 

Pour nous 4 jours suffiront. Il est déjà temps de reprendre la route pour notre ultime étape chilienne plus au nord, au bord de l'océan. Iquique. Encore un tout autre décor.

 

(Et parce que rester une journée de plus signifiait louer de nouveau un vélo et que pour ça, le derrière de Géna n'était pas du tout mais alors pas du tout d'accord. Le tour du monde à vélo, c'est pas pour demain...).

IMG_20170602_032711
 

PS : on a trouvé dans le désert le manteau et l'appareil photo d'un certain Lukas Jakubicka, allemand de sa nationalité. Introuvable dans le village, à priori déjà reparti en Bolivie. Son manteau, très beau au demeurant, a fait un heureux atacamien. Son appareil photo est quant à lui dans notre sac à dos. 2 mois de souvenirs qui l'attendent. Si quelqu'un le connaît, le retrouve, colis UPS possible.

Publié le 05/06/2017

Project Details