Project Description

  #Pluie#Baleine#Snorkeling

Après la randonnée, nous enchainons directement avec un bus de nuit direction la côte. Il nous reste 4 jours ici et on veut découvrir un autre aspect de ce pays, la mer.
Au programme randonnée, animaux, plage, repos.

 

On en parle de la météo ?

Nos plans sont un peu contrariés quand en arrivant à 7h du matin à Puerto Lopez, un peu vaseuses, on découvre la pluie et la grisaille. Avec certes 25 bons degrés mais quand même !
Le temps de sauter dans un tuc-tuc version moto et de faire le tour des hôtels de la ville pour finalement poser nos valises dans un dortoir de 6 où nous ne serons que 2 pendant 2 nuits. Parfait. A l'écart de la ville. Au calme. Ambiance familiale.

IMAG5650
 

Priorité n°1, aller voir les baleines. C'est en majeure partie pour cela que nous sommes venues. Entre juin et septembre c'est la saison idéale et elles viennent traîner dans le chenal entre l'Equateur et l'Amérique centrale pour donner naissance à leur rejeton. Ni une ni deux, la proprio appelle un ami et 30 min plus tard nous sommes sur un bateau avec au programme observation de baleines, snorkeling, déjeuner et randonnée sur l'île de la Plata, le Galapagos des pauvres.

A l'aller point de baleines mais à notre arrivée sur l'île, tortues, pélicans, frégates géantes et autres palmipèdes aux patounes bleues alias fous à pieds bleus.
Condensé de faune et de flore expliqué par un guide sous un soleil écrasant puisque l'île jouit d'un micro-climat très agréable où la pluie n'est pas la bienvenue.
Une fois encore les vues sont magnifiques. Plages de sable blanc d'un côté, roche abrupte de l'autre, arbres, buissons, oiseaux... 2h au top qui nous confirme que la prochaine fois en Amérique du Sud il nous faudra prévoir un certain budget voire un budget certain pour filer jusqu'aux Galapagos.

DSC_6394 DSC_6414
 

Après cela, 30 min de baignade et de snorkeling. Comme à notre habitude on s'écarte du groupe et cela s'avère encore payant. Nous voilà entourées d'une dizaines de tortues qui nagent paisiblement sans se préoccuper de notre présence. Ballet aquatique dont on ne se lasse pas avec le temps.
Les poissons sont nombreux encore une fois et différents de ceux vus dans d'autres recoins du monde. Décidément toujours aussi beau d'être sous l'eau.

 

Mode Mobydick activé !

Sur le trajet du retour, l'heure est à l'observation des baleines. On va être gâtées même si on en a jamais assez. Telles deux chasseuses scrutant l'horizon, on se prend à passer de longues minutes sans parler ni bouger pour chasser la baleine qui se la joue discrète. Puis une première pointe son nez au loin, des geysers, des têtes, des queues, des nageoires à quelques mètres, puis de gros splatchs. Dommage un peu loin mais tellement beaux.
Si on avait vu au loin en Patagonie quelques dorsales, ici c'est beaucoup plus net, beaucoup plus chouette !
Sur la fin du trajet retour, Fred doit tenir Géna qui penche dangereusement vers sa voisine allemande, léger assoupissement oblige, la nuit en bus ayant été un peu éprouvante. Ça fait rire la galerie. Ça repose l'esprit.

DSC_6498 DSC_6493
 

Et pour demain ?

La météo capricieuse nous laisse à penser que l'on ne va pas trop s'éterniser dans le coin et que piquer au sud pour trouver du soleil et nous rapprocher de notre étape finale serait judicieux.
Avant cela on passe la soirée avec Matthieu et Alice, les deux bénévoles de l'auberge rencontrés au Chimborazo deux semaines plus tôt. Quelques bières, un céviche, une soirée papotage avant qu'Alice ne rentre en France et que Matthieu ne parte barouder en Colombie, voilà qui vient conclure une belle journée sur la côte.

 

On se secoue le cocotier !

On reste néanmoins une journée de plus pour profiter de la réserve de Machalilla et faire une belle balade. Point de soleil ni de baignade mais des panoramas encore très différents qui nous prennent toujours de court. Et 2h de randonnée, ca faisait longtemps que l'on avait pas marché !
L'Equateur offre une telle diversité de paysages en de si courtes distances... Très pratique !

DSC_6533 DSC_6397
IMG_20170630_053218
 

Il y a évidement bien plus de monde à la plage que sur les chemins à emprunter à pied, un accès direct en voiture étant possible jusqu'au sable blanc.
Très bien pour nous. Tranquillité assurée.
Le retour en stop est plus calme que l'aller où Géna avait failli passer à travers le pare-brise suite au coup de frein très doux du chauffeur qui se prenait plus pour un pilote de F1 que pour un conducteur de transport en commun. Sensations garanties.

La soirée au calme est littéraire, le réseau déplorable ne permettant pas la mise à jour du site. Le retard s'accumule. La fatigue et la flemme aussi. Va falloir s'y coller un de ces 4 (Ndlr, ce texte est écrit 10 jours après l'avoir vécu, au Mexique, le derrière posé sur un transat face à une lagune. Où est passé le temps où l'on mettait à jour chaque jour ?!?).

 

Demain départ pour Salinas, grosse station balnéaire où nous passerons nos 2 derniers jours en Équateur. Au programme, manger, avancer le site, préparer le Mexique. Il serait temps...
Salinas ne présente pas grand intérêt. Plage bondée. Beaucoup de locaux venus en week-end. De touristes en vacances. L'hôtel donne face à la mer, le réseau est bon. La nourriture aussi. Cadre parfait pour se poser, manger une glace, des fruits, des céviches, aller voir des gros patapouf de lions de mer qui larvent sur les rochers. Bref prendre le temps. Ça faisait un bail.

IMAG5737
 

Voilà. Comment nous clôturons nos 25 jours en Équateur. Qui sont passés en un claquement de doigts. Rien vu. Rien compris. Ha si on a bien compris qu'on avait adoré. Et qu'on aimerait recommencer !

Publié le 17/07/2017

Project Details

Tags: