Project Description

  #Lac#Baignade  

Dora l'exploratrice

Aujourd'hui nous nous enfonçons encore plus dans le sud du Yucatán pour rejoindre notre prochaine étape, Bacalar, ville située au bord d'un lagon. Après la mer et les cénotes, on s'essaie au lac.
À peine arrivées dans la ville que nous assistons à un accident. Une moto est percutée par une voiture qui prend la fuite. On s'arrête pour bloquer la circulation et Géna, devant le manque total de réactivité des témoins se rend sur place demander aux gens d'appeler les secours car leur premier réflexe est de s'inquiéter de la voiture qui a pris la fuite et dont personne n'a relevé la plaque d'immatriculation. Géna est donc obligée d'insister pour qu'enfin quelqu'un décroche sont téléphone. Le motard est conscient mais (très) mal en point. Fred a vu le vol plané qu'il a fait. Et ça fait peur, très peur même.
Une fois les secours appelés, nous reprenons la route à la recherche de notre auberge. Car impossible de réserver sur internet, tout est cher ou complet. Et oui nous sommes un peu en saison haute. Donc après plusieurs visites infructueuses nous posons nos sacs au Blue Monkey. Dans cette auberge, il y a des chambres des dortoirs et un bus scolaire américain. Et comme nous sommes très chanceuses, les 2 seules places restantes sont dans le bus. Il y a 7 lits dans ce minuscule espace. On va donc jouer à Dora l'exploratrice pendant 2 nuits... Nouvelle expérience mais zéro intimité. Pas grave, le cadre est joli puisque cette auberge possède son propre ponton avec deux hamacs qui donne sur le lac. Donc baignade et farniente en perspective.

IMAG5875
 

Baignade, baignade et baignade

On profite de la situation de l'auberge pour se baigner et bouquiner tout l'après-midi. Fred fait ses petites séances de natation alors que Géna préfère faire trempette. Il y en a pour tous les goûts.

IMAG5878 IMAG5885
 

En fin de journée on décide quand même de se bouger et d'aller faire un tour dans le centre. C'est à pied que nous partons. Mais deux jeunes s'arrêtent pour nous prendre en stop. Et tant mieux car le route n'est pas très sexy. Ils nous déposent au pied du Château. Et de là nous partons déambuler dans les petites rues animées de la ville. Artisanat local, petits commerces, ... et nous finissons par retourner au château pour une séance photo et quelle séance. Fred se fait un croc-en-jambe et s'empale sur les marches en pierre. Le tibia gauche en prend un coup, on frôle le point de suture. On décide donc de rentrer plus tôt que prévu car ça fait mal, très mal et il faut marcher pour retourner car malheureusement aucun stop en vue.
On soigne tout cela en rentrant, on se fait des pâtes et on passe la soirée à travailler sur notre site. Puis nous rejoignons au fond du jardin notre bus. C'est très étroit, il fait chaud, les moustiquaires sont trouées... on sent que la nuit va être longue...

 

Deuxième jour

Après une nuit un peu difficile (ronflements, chaleur, moustiques), Fred sort de sa couchette pour aller admirer le lever du soleil sur le lac. C'est très joli même si quelques nuages bouchent un peu la vue.
Vers 8h, Géna pointe le bout de son nez. Normal c'est l'heure du petit-déjeuner. Très copieux avec des céréales, du pain, des jus.... un régal.

La matinée est à l'image de l'après-midi de la veille, baignade et lecture. Puis nous partons visiter le cénote Cocalitos. C'est plutôt une plage aménagée avec balançoires dans l'eau. Mais c'est très joli et la baignade est très agréable.

IMAG5906
 

En revenant à l'auberge on décide de s'inscrire pour la séance paddle du lendemain. C'est une sortie de 3h qui commence à 6h30 pour assister au lever du soleil et aller explorer la faune. La veille, malgré notre certitude, le gérant de l'hôtel nous avait demandé de aujourd'hui. Mais comble de malchance, quand on revient vers lui pour une nouvelle fois lui confirmer, il n'y a plus de place. On tenté de faire comprendre au gérant que la veille on lui avait déjà signalé notre participation, mais il ne veut rien savoir. Il fait illusion en nous disant qu'il essaie de trouver une solution. Mais sans faire vraiment d'effort. Nous sommes très déçues surtout que le lendemain nous repartons et donc que nous ne pouvons pas reporter la séance paddle au surlendemain. Grosse grosse déception. À l'avenir demander à inscrire notre nom même à l'avance et à se manifester plusieurs fois.

Pour oublier, nous allons piquer une tête dans le lac et faisons la rencontre de Catherine, une québécoise voyageant seule. On discute, on échange. Cette rencontre est parfaite car cela permet d'entraîner Géna au québécois, et à ses expressions. On s'entend tellement bien qu'on finit par lui proposer de venir diner avec nous. Elle accepte alors qu'elle vient de s'enfiler une plâtrée de pâtes piquantes pendant que nous bossons sur notre site.
On file donc à la recherche d'un petit resto où nous dégustons des tortas. C'est bon et pas cher car évidemment nous avons choisi un restaurant local. Ce diner se poursuit par une marche digestive vers la place du village où l'appel de la glace est si fort que nous sommes obligées de nous arrêter chez le glacier du coin repéré la veille par Géna (pas folle la guêpe). Un délice.
Nous rentrons ensuite et filons dans notre "dortoir-bus". Demain c'est le départ donc il faut refaire les sacs. Dans cet espace confiné c'est d'autant plus difficile.
Après cette dernière nuit dans un lieu un peu insolite, une dernière baignade avant le petit-déjeuner et il ne reste qu'à charger la voiture.
En route vers la Ruta Puuc, autre ambiance car loin de la mer mais certainement de belles choses à découvrir (sinon on n'irait pas).

Publié le 28/08/2017

Project Details

Tags: